Bengali culture, calcutta, Fremdsprache, Language, Travel

Ein Tag in Kalkutta

Of all the significant years in my life, 2008 must be the one of them, along with 1994, 2011 and 2014. 2008 was all about change. My life was about to take a new direction, and it certainly was a mad rush trying to get ready for an educational break, a busy job and spending all weekend learning German. 10 years on, my German is schlecht now, and there’s no time to start from where I left. Found this letter, supposed to be about a day out when I showed a few places in Calcutta to a German tourist couple. It was interesting finding out how much they knew about Calcutta (Didn’t know about the Lonely Planet guides then!). If you read German, you’ll see that I had only learnt up to past tense. It was a surprising find in one of my old notebooks…

Howrah bridge from the boat

Howrah bridge from the boat

Hallo Franka,

Wie geht es dir? Jetzt schreibe ich den ersten Brief zu dir. Nächstes mal musst du mir einen schreiben. Jetzt kann ich nicht einen Thema finden, deshalb schreibe ich über meinen Erfahrungen am letzten Samstag.

Da bin ich aufgeweckt um 5 Uhr, damit ich um 6 Uhr zum Flughafen fahren konnte. Ich hatte schon einen schlechten Kopfschmerzen. Ich hatte ein deutsches Paar getroffen, und schon eine Begegnung um 10:15 Uhr vor das indischen Museum fixiert habe. Aber alle schlechten Sachen fande zusammen Statt. Der Flugzeug kam 30 Minuten spät. Dann bin die Taxi von Calcutta Flughafen sehr langsam gefahren, und habe ich zum Haus punkt um 10 Uhr erreicht. Ich habe mich rasiert, habe mich angezogen und dann bin ich unter 10 Minuten hinausgegangen. Endlich hatte ich etwas Glück, weil ich schnell einen Taxi gefunden habe.

Also, war ich nicht so spät, außerdem sagte mir der Mann vorher, dass sie mir erwarten werden bis zum 10:30Uhr. Dort fande ich ihnen, unter den Eingang des Museums, beides Gesetzen auf einer Stühle. Wir haben uns vorgestellt und dann sagte ich ihnen “Wohin möchtet ihr gehen?” Du weißt, als hatte ich kaum Zeit, mochte ich sie um Victoria Memorial und Indisches Museum anzeigen. Aber erstaunlich sagte die Frau, dass sie mochte Kumartuli sehen. Da wurde ich total krank. Ich kaufte die Fahrscheinen bis zum Shovabazar. Das war eures ersten Erlebnis über Calcutta U-Bahn. Während unseres Trip diskutierten wir über verschiedenen Thema, Die Politik, Das Leben des Bengalens, Die bengalische Philosophie usw. Seit 25 Jahre wohne ich im Calcutta, aber war ich nie zum Kumartuli gegangen. Die Gasse waren kurz, aber die Häuser an Beides Seite sind alt und zu groß. Endlich erreichten wir das Studio eines Künstlers. Dort gab es viele großen Statuen der Durga. Fragtet ihr mir viele Fragen über die Religion und Gott. Ich wusste nicht viel aber konnte ihnen beantworten.

Dann sagte der Mann,”Wir möchten zum Fluss gehen”. Während liefen wir durch die kleine Gasse, sahen wir viele schönen und großen Häusern, die vorher einhundert Jahren gebaut wurden. An dem Ufer des Ganges sahen wir ein sehr großes sechsstöckiges Haus. Der Fluss sah aber sehr schmutzig aus, gab es Pflanze in dem Wasser, das total Gelb war. Nachdem gingen wir zum Shovabazar Fährhof. Wir standen auf der Kurzer Brucke, wenn Conny, die Frau sah ein Boot kommen. Sie möchten mir kaffeetrinken einzuladen, aber zu bootfahren auch. Da plante ich im Boot nach Howrah gehen und dann mit dem Bus zum Indian Coffee House fahren. Es war schon nachmittags. Und die Frau war krank vor 4 Tagen. Die Sonne war es nicht da, aber die Hitze war sehr ärgerlich. Trotzdem hatten wir viel genossen, ein Bootsfahrt zu machen. Es war schön, die zwei Ufern. Ich zog ihnen die “Ghats” an. Dann waren wir von Howrah Bahnhof mit einem Stadtbus nach College street gefahren, damit bei Indische Kaffee Haus zu besuchen. Sie waren erstaunt : so viele Bücher und so viele Geschäfte!

Aber da, fühlte ich mich nicht so wohl. Treffen einem deutsches Paar, für mich, war eine Gelegenheit, in Deutsch zu diskutieren. Ich spreche nicht so gut im Klass, da wünschte ich, wie schön wäre es, wenn ich wie ihnen deutsch sprechen könnte. Aber sie sprachen immer Englisch!!!Nur wenn Sie die Bedeutung nicht verstehen konnten, fragten sie mir in Deutsch!!! Dann sagte ich mich : da geht nicht mehr! Punkt wir waren wir in die Cafe eingegangen, sagte ich “vielleicht konnen wir in Deutsch sprechen, um uns etwas besserer kennenzulernen”. Dort gab es viele Leute, und der Platz war sehr laut, deshalb müssten wir auch laut sprechen. Wenn der Ober nie kommt schnell, hatten wir viele Sachen diskutiert. Wir aßen Tomatensuppe und tranken Kaffee mit Creme. Dort hatten wir gute Zeit verbrachten. Dann gingen wir nach Millennium Park. Die Frau fühlte sich unbequem, und sind wir schnell in die Park erreichten.

Dort hatten wir über zwei Stunden verbrachten. Wir hatten ein Platz gefunden, die vor dem Fluss stand. Es gab Luft, das macht uns etwas bequem. Wir diskutierten über die Religion, Calcutta, die Volkskultur, die Geschichte des Calcuttas, indische Wirtschaft, die Politik, Glauben des Inders und Deutsches, meine Gedanken über Zukunft, ihre Plan usw. Ich habe viele Tatsache über Deutschland gelernt, die ich sonst nicht wissen könnte. Plötzlich sah ich die Uhr an, und es war schon 16 Uhr. Schnell hatte ich mich entschuldigen und zum MMB führte.

Vielleicht ist der Brief zu lang, aber möchte ich alle Verbformen benutzen. Bitte korrigiere-mich schnell. Bis Samstag.

Viel Grüsse

Subhadeep

Advertisements
Standard
France, Language

France…rêve d’enfance

J’avais environ 10ans quand papa m’a loué un série de 4 livres de la bibliothèque chez son boulot. Quand j’ai eu commencé à lire ces livres, je n’avais jamais imaginé qu’ils vont tellement changer ma vie. Ceux livres ont été écrits en bengalie, par Narayan Gangopadhyay, un écrivain très connu pour son caractère immortel en la littérature bengali, de genre comédie, Tenida. Mais aussi, M. Gangopadhyay était un maître de la langue Française et partout dans ses écritures, n’importe pour les enfants ou les choses sérieuses, on y trouvera les mots ou références français. Quand-même j’ai ris aux éclats avec chaque nouvelle aventure de Tenida, c’était là où j’ai rencontré mes premières mots français de la grande Méphistophélès (parlé en bengalie comme Di la grandi mefistofilise), et monsieur venez avec moi. Et comme ça commencé un voyage qui m’a très enrichis pendant les années à venir, quelque chose dont je suis très passionné, d’apprendre la langue français.

Depuis cette moment-là et jusqu’à l’année où  j’ai fait mon Bac, j’ai appris plusieurs choses sur France…les villes les plus connues, la révolution française, la renaissance, des écritures de Victor Hugo, Alexandre Dumas. En plus, ma ville Calcutta est connue comme Paris de l’orient, pour sa histoire et son patrimoine culturel, avec la majorité des écrivains, artistes, réalisateurs indiens pendant les années 90s arrivant de Calcutta. Malgré tout ça, ma française n’était pas meilleur, et l’espoir d’apprendre la langue n’était plus un priorité, un raison d’être, surtout parce qu’il n’y avait pas ni d’opportunité ni d’argent pour apprendre une langue étrangère. Mais pendant ces années-là, je n’ai jamais complètement quitté l’envie d’apprendre français un beau jour, comme un espoir que vous ne jamais laissez partir.

Et donc quand je suis allés à l’uni, comme d’habitude j’étais inspiré par les pensées communiste et devenu un anarchiste. On est rencontré avec les idées de Camus et Sartre, de films du genre la nouvelle vague, de Godard et Truffaut. Encore, c’était presqu’impossible de trouver ces livres ou les CDs des films ceux jours-là. Quand j’ai commencé à travailler en 2000, pendant les 5 années prochaines, j’ai acheté quelques livres français pour première niveau, chez le magasin de l’alliance française de Calcutta, dans le fameux foire du livre de Calcutta. Enfin, en 2006 après avoir me convaincre la dernière fois, un samedi soir, je suis allé à l’alliance française et un vieux bâtiment m’a accroché, ou je serai poursuivre ma rêve d’enfance, en quittant les soirs de weekend avec mes chers amis bavarder sur des petits-riens, un passe-temps très connu ou méconnu pour les citoyens Calcuttan. 

C’était pendant les temps quand j’étais étudiant chez AFC, qu’un millier des fenêtres ont été ouvertes montant France et sa culture et la vie moderne dans le 21ème siècle, et l’envie d’en savoir plus a devenu plus vif. À part d’améliorer ma vocabulaire française en la classe, j’allais à la bibliothèque de AFC, et j’ai lu mes BDs très aimés- Tintin et Astérix en leurs langues natives. Je lisais aussi un magazine pour les enfants j’aime lire et un autre je bouquine destinée aux ados. Ces livres, n’importe que n’étant pas bien avancé, m’enrichi beaucoup comment j’utilisais les expressions quotidiennes et agrandir ma vocabulaire. Pour les filmes, J’ai trouvé un trésor enfin, que je cherchais depuis longtemps – le petit soldat de Godard. Inspiré de voir plus. J’ai aussi commencé à aller à Nandan, un ciné géré par la gouvernement, pour voir les filmes français gratuit en montant la carte d’identité de AFC. Touts ces efforts et sacrifices ont enfin bien payé quand j’ai gagné premier place dans toutes les examens géré par l’institut et le ministère d’éducation française par la gouvernement français. Les résultats m’a beaucoup plait mais je voulais plus apprendre et à mon avis je n’était pas plus avancé où je voulais être. 

En 2008 je suis arrivé à l’Angleterre poursuivre mon rêve de faire maîtrise en gestion, et accéder les matériaux français a devenu très facile soit YouTube, soit un copie de le monde, soit sur l’univers du torrent. J’ai découvert Audrey Tautou, un actrice très doué sans limite de notre temps, et Romain Duris. J’ai trouvé Camille et Lara Fabian et leurs voix addictives. C’était comme accéder la prochaine étage d’un événement  J’étais aussi membre d’un groupe francophone à université, et quand même on n’a pas beaucoup de temps pour un rendez vous, j’avais bien profité pendant nôtre rendez-vous avec les amis. 

Autant que dès que l’arrivé à l’Angleterre il y a sept ans, j’ai toujours voulu visiter France pour voir la paysage avec mes yeux-même, pas dans un photo d’un livre ou film, mais ce n’était pas possible pour plusieurs raisons. Je rêvais aller à Paris depuis longtemps, monter la Tour Eiffel, visiter la Louvre, faire la promenade sur l’avenue de champs élysées. Sans doute il y a beaucoup plus de France que seulement Paris, mais pour moi, qui a grossi dans un cité plus inspiré par Paris, ce serait comme compléter un cirque entière. 

En 2010 j’ai trouvé un USB pendant travailler en Londres à côté d’un rue, et malgré toutes les précautions de risquer la santé de mon ordinateur, je l’ai connecté pour accéder les contenus et trouvé, par chance, un film français bienvenue chez les Chti’s, sur la vie d’un emploi vivant en Nord pas de calais. Plusieurs mois et ans sont passés, et quand notre petite fille Sofia a reçu sa passeport mi-janvier, j’ai décidé qu’on va plutôt aller au pays que j’ai toujours regardé comme la pinacle d’égalité, de socialité et pensées créatives et intellectuelles. Et donc en février, précisément au jour de St Valentin, nous sommes abordés un bateau P&O Ferries vers Calais, et enfin vers 13h d’après-midi d’un jour bien ensoleillé j’ai mis mes pieds sur la plage de Calais, et je me suis souvenu Bienvenue chez…, que je suis enfin en la terre des Chti’s, un morceau de France que je seulement connais par un film, mais c’était un réalité, pas une image cache dans la mémoire. Malgré qu’on n’était pas très loin de Londres, j’en étais en esprit, car c’était la terre que je rêvais voir un jour, la terre de révolution, de Rousseau, d’Amélie Poulain, d’Alpes. C’est difficile d’écrire l’émotion mais j’étais très heureux là, comme si j’ai croisé les six degrés de séparation, un voyage tout à fait satisfaisant, assez longue mais bien récompensé et plein de richesse et bonheur. 

Il y à beaucoup d’espoir pour l’avenir, qu’un jour je vais recommencer apprendre France dans le niveau prochain où j’ai arrêté, que j’enseigne Sofia pour que français puisse sa deuxième langue, mais c’est un autre histoire à raconter…

Standard