France, Paris, Politics, religion

Faut-il sauver Notre-Dame?

Après le terrible incendie de Notre-Dame en avril, je trouve la polémique vraiment intéressant et pertinent s’il faut sauver Notre-Dame et qui paie pour la restauration. J’ai rencontré plusieurs articles en français et ainsi que sur les réseaux sociaux britanniques qui discutent et se disputent sur ce sujet. Voici, j’exprime mes pensées sur la tragédie d’incendie de Notre-Dame et sur la manière quelques familles d’investisseurs ont réagi après la catastrophe.

Tout d’abord, il faut dire que c’est une tragédie sans doute. Pas seulement comme un bâtiment religieux, mais Notre-Dame faisait partie du patrimoine français, du patrimoine parisien. Quand j’ai entendu les gens parler de l’incendie, j’ai pensé que c’était un incendie comme d’habitude et les pompiers vont y aller et le feu serait éteint. Mais quand j’ai vu que la flèche est tombée, j’étais choqué. J’avais peur que l’église soit complètement détruite. Tu te souviens que je t’ai raconté nos vacances à Paris et toutes les fois nous sommes allés à Notre-Dame. À mon avis, j’étais triste comme l’image de Notre-Dame ne resteront que dans nos souvenirs. 

Le lendemain, après avoir entendu que le feu a été enfin éteint, je me suis senti heureux que la façade n’a pas été détruite. Mais en même temps, j’ai trouvé que deux familles françaises les plus riches ont décidé de faire un don plus de €600 million. C’était énorme. J’étais en colère. J’ai pensé que ma théorie marche : « Que la majorité de l’argent a été ramassé par quelques individus dans le monde tandis que millions souffrent chaque jour ». On dit qu’il n’y a plus d’argent pour payer les chômeurs, ou pour la santé, mais comme un clin d’œil, on ramasse environ un milliard d’euros pour reconstruire un bâtiment religieux. Cela m’a aussi exaspéré plus que fâché « avec la situation des réfugiés. On dit, ils ne peuvent pas arriver ici comme il n’y a plus d’argent pour dépenser. Y compris que c’est un défi pour le gouvernement, mais les individus comme ceux qui ont fait le don peuvent ramasser des milliards s’ils le veulent.

J’ai noté que dans les médias français que les gens parlent pourquoi avoir oublié les misérables ? Je suis complètement d’accord avec cela. Quand il y a une telle pauvreté, pourquoi dépenser une telle somme sur un projet vaine pour l’Homme ? Et aussi dans les réseaux sociaux anglais, j’ai vu un exemple qui ressemble à la situation et la réaction du public en France. En 2017, il y avait un incendie dans un bâtiment en Londres. Plusieurs personnes sont morts. Mais dans ce bâtiment vivaient des pauvres, la plupart d’origine Afro caribéenne et le bâtiment appartenait à la mairie. Rien est fait pour la centaine de familles qui ont tous perdu et sont devenues sans-abri. Ils habitent encore dans les logements temporaires. Le gouvernement leur a donné une certaine somme d’argent qui n’était pas suffisant, et rien est fait pour restaurer ces habitants dans un logement permanent. Mais quand on voit, qu’il y a une telle urgence pour restaurer un bâtiment religieux, les gens disent, s’il y avait une flèche en haut de ce bâtiment, connu comme Grenfell Towers, peut-être il y aurait beaucoup de don, d’argent et d’aide pour eux. 

Incendie sur Grenfell Tower, Londres
Source: Metro

On peut demander, est-ce qu’on peut laisser détruire un des patrimoines français ? Bien sûr que non ! Mais cela ne doit pas être une urgence comme s’il y avait une catastrophe gigantesque ! Il y a le budget pour les projets de restauration des bâtiments classés et anciens. Peut-être le gouvernement peut financer la restauration de ce budget. Peut-être que le Vatican paie la somme. Je suis sûr que les pratiquants autour de monde veulent voir un patrimoine catholique soit restauré. Mais pourquoi ignorer la crise des pauvres, des sans-abri, des chômeurs qui luttent chaque jour pour survivre et donner une telle importance à un bâtiment ? En fait, on parle aussi pourquoi les familles ont fait leur don avec un grand geste, comme veulent-ils profiter de ce cadeau. On ne le sait pas encore. Peut-être, il le récupère par des crédits d’impôt sur leur société donc ils ne donnent rien en fait.

Et enfin, la question philosophique. S’il y a le Dieu, sera-t-il heureux avec un tel gaspillage d’argent pour un bâtiment ? Pour moi, c’est une question rhétorique, que cela n’a rien à faire avec le Dieu. Mais même pour les pratiquants, je crois que c’est plus important que l’Homme se place avant le Dieu. Comme le Dieu reste dans le cœur des gens. C’est quel type de Dieu s’il voit ses fidèles souffrir quand sa maison est en train d’être couverte en or ? Pas plein d’empathie, je dirais.

Il y a déjà quatre mois quand la flèche a été ravagée par l’incendie. Le chantier ne vient d’être redémarrée que la dernière semaine. La restauration va durer beaucoup longtemps, n’importe qui paie les factures, et n’importe comment se voit la flèche. La somme des dons continuera à augmenter à un chiffre ridicule. Nous espérons que le gouvernement rend compte de cette absurdité et rejette de financer la restauration entièrement avec les impôts. Entre-temps, les internautes étaient très occupés dessiner la nouvelle flèche. Pendant cette période grave et triste, de perdre un des patrimoines français, j’espère que ces articles et les dessins vous feront sourire.

Standard
#JeSuisParis, #ParisAttack, JeSuisParis, Paris, Terrorisme

Je suis Paris: Réflexions sur l’attaques terroristes du 13.11.15

J’ai une connexion spirituelle avec la France il y a longtemps. Comme j’ai grossi dans une ville nommée l’un des «Paris de l’Orient» pour sa richesse culturelle, pour être mieux avancé en pensées et pour avoir un joie de vivre, dès ce temps-là, j’ai ressenti un lien très fort avec Paris, et la France en générale. Pour moi, il y avait toujours Paris, la capitale culturelle du monde, l’acmé de maîtrise intellectuelle, la culmination de la liberté d’expression. Et il y avait la reste du monde, séparés entièrement de ma ville de rêve. Et encore, la France était toujours le pays de la liberté, égalité, fraternité qui a formé le premier république moderne après la révolution sanglante. Quand j’ai entendu «La Marseillaise» la première fois,  j’ai remarqué comment les mots sont complètement différent que les autres hymnes nationales. Il n’y avait pas aucun référence de dieu, ni prier, ni une explication comment magnifique son pays est. Au contraire, l’hymne parlait d’être armées jusqu’à ce que les champs sont remplis de sang de son ennemi. Première fois, ç’a semblait un peu violent, mais les mots aussi signifient la sacrifice française pendant la révolution. Sans ces sacrifices, la France comme nous la connaissons aujourd’hui n’aurait pas existé. Plusieurs siècles sont passés depuis «La Marseillaise» a été écrit, mais une phrase a tout à fait reflété comment l’attentats terroristes du 13 Novembre 2015 ont eu lieu — «Ils viennent jusque dans nos bras/ égorger nos fils, nos compagnes…». Les événements seront écrits comme un jour noir, pas seulement pour la France, mais pour l’humanité entière quand l’amour et la vie est bousculé par les mercenaires de mort.

C’est la deuxième fois quand Paris est frappé par les terroristes inconnus cette année, cachés derrière leur visages normale. Le visage de ces mercenaires n’étaient pas extraordinaire, ceux n’étaient pas marqués par symboles qui nous disent que leurs cœurs sont remplis de la haine. Au contraire, ces meurtriers peut-être semblaient tout banale, comme toi et moi, et c’est comment ils peuvent mélanger avec la foule avant qu’ils ont lancé leurs attaques. Précisément c’est une mission  presqu’impossible quand l’on ne sait pas l’ennemi, ce n’est pas une guerre où l’on peut regarder dans les yeux des soldats et savoir lequel côté ils appartiennent.  

Écritures sur une statue au près de place de la Concorde, mis pendant ma visite en Juin.  Paris outragée, paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris Libéré

Écritures sur une statue au près de place de la Concorde, mis pendant ma visite en Juin.
Paris outragée, paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris Libéré

Mais attends! On ne se bat plus les guerres comme ça. Nous appuyons un bouton et tuons centaines n’importe qu’ils étaient l’ennemi, les terroristes ou les citoyens innocents. Et aussi, c’est toujours le débat adopté par les fascistes…la gloire de se sacrifier protéger son pays. Ils glorifient la guerre, promeuvent la haine contre les autres humains. Après la cauchemar du vendredi soir, il y avait déjà une tendance de condamner les immigrés Syriens et aussi déclarer qu’islam est une religion barbare qui promeut violence contre les autres religions surtout chrétiens. Tel points de vue seulement aggravent la situation, laissent les sociétés divisées en isolant les minorités. Comme les terroristes, les fascistes aussi ont rien à offrir pour améliorer l’humanité et seulement nourrissent de peur des citoyens. La France est en deuil et la gouvernement a promis un réplique «impitoyable», mais on ne doit pas oublier d’être vigilant contre le politique de droite, pour que la haine ne puisse plus exacerbé. 

Quelques rubriques transmettant la haine contre Islam. Source: Facebook page officiel des groupes de fascistes

Quelques rubriques transmettant la haine contre Islam.
Source: Facebook page officiel des groupes de fascistes

Le terrorisme est une crise de notre temps-ci, mais c’est plutôt comme une maladie qui a fallu éradiquer. Il faut utiliser la pouvoir dans une situation d’urgence contre les meurtriers, pour protéger les citoyens contre les attaques et les pays doivent être plus coordonnées, plus unifié. Mais avec la pouvoir militaire, la tâche sera seulement demi-complet. La lutte le plus difficile sera d’effacer l’idée du terrorisme, son existence hors des cerveaux des son poursuivants. Il faut enseigner qu’il n’y a pas aucune gloire à achever tuer les autres humains, il n’y a pas aucune éternité leur attend après la mort. Ça sera seulement la honte, la mépris. 

La combat contre le terrorisme sera un affaire long, dur et grave. Mais il faut rester unifié toujours, et n’oublier jamais ceux qu’on a perdu. Quant à parler sur l’atrocité en Paris, nous devons aussi commémorer aux autres qui sont morts ou blessés aux autres coins de la terre — Liban, Irak, Kenya — n’importe où ces actes se sont passés, le sang saigné était toujours rouge. Aussi, les chiffres ne doivent pas nous dire comment réagir. N’importe si c’est un ou une centaine, la vie est hors prix, et donc la perte de vie à cause de ces actes de lâche faut être commémorés néanmoins. Mais aussi, nous devons former une société vraiment basée sur les trois principes — liberté, égalité et fraternité. Personne ne doit plus être jugé selon leur peau, langue, sexe ou religion. Que l’un est un être humain sera suffisant pour être traité avec respect, sans suspicion. Si nous pouvons intégrer tout le monde dans une société commune et leurs comprenons assez, il n’y aura pas aucune religion nous séparer ou faire se battre l’un contre l’autre. Le fait que nous sommes humains, et tout le monde sont pareils sera meilleur que n’importe quelle religion nous enseigne. 

Un pianiste inconnu joue sur piano Imagine de John Lennon devant le théâtre Bataclan (Source: YouTube)

Alors, qu’est-ce qu’on doit faire? D’abord c’est très important que nous n’oublions pas Beyrouth ou Baghdâd, quand on pense aux vies perdues. Mais Paris a nous déjà montré le chemin! Milliers des citoyens gardant vigiles, les bougies, une pianiste joue au piano devant le théâtre Bataclan — ces images envoient une message très fort aux terroristes qui essayaient de briser Paris. Paris était frappé mais répliqué dans une manière typiquement français — d’être courageux sans violence, et donc les bruit des fusillades seront submergé par la musique, la haine sera remplacé par l’amour. La violence contre la violence ne mettra pas fin à cette épidémie, et l’on doit être ferme sur garder la liberté et l’indépendance pour tous, pas seulement pour la majorité. La guerre contre le terrorisme commence maintenant avec toi et moi. Et donc, allons-y être en deuil pour Paris, pour Beyrouth, pour Baghdad…pour chaque perte de vie clamé par les mercenaires du mort. Et allons-y célébrer la vie, célébrer la joie de vivre et se moquer de l’absurdité de fanatisme religieux. Allons-y, disons «Je suis Charlie Hebdo, Je suis Paris, Je suis Beyrouth»…

La tour Eiffel pendant notre dernier visite.

La tour Eiffel pendant notre dernier visite.

Standard