France, Language, vacances

Partir en vacances: le changement d’espoirs suivant l’emplacement

Cette discussion est inspirée par le podcast innerfrench.

Partir en vacances est un concept assez récent pour moi. Quand j’habitais en Inde jusqu’à ce que j’avais 30 ans, je ne suis jamais parti en vacances. Pas comme un adulte. Quand j’étais petit, nous sommes allés à une autre ville pour passer quelques semaine chez mes oncles ou ma tante. Et une fois, mon père m’a emmené à l’étranger, au Bangladesh, pour rencontrer ma grand-mère. Je crois que c’est la liste de mes vacances entières quand j’habitais en Inde. Bien sûr, au boulot j’ai eu les congés payés, mais c’était justement en papier. Ce n’était pas pour aller en vacances, mais pour mes loisirs. Pour aller au grand foire du livre ou les autres foires pendant l’hiver, ou bien allonger le séjour pendant la fête automnale «Durgapuja» quand il y aurait au moins de cinq jours fériés. Donc congés payés ont toujours été distribués pendant l’année, un jour ci, un jour là. Brefs, j’étais paresseux, c’était pourquoi je ne suis jamais parti en vacances.

Mais une grande partie des indiens n’étaient pas comme moi. Ils aiment leurs vacances et chaque année j’ai vu mes voisins ou les membres de ma famille partants en vacances à quelque part de l’Inde. Comme l’Inde est un pays géographiquement très divers, il y avait toujours tant de choix. Parfois ils sont allés au bord de mer, parfois aux montagnes, parfois au désert. Et aussi, comme la plupart des ménages hindous étaient religieuses, ils sont partis aux pèlerinages aussi.

À l’autre côté, quand je parle de vacanciers, c’est plutôt les gens qui habitaient dans une grande ville, qui travaillaient dans un bureau ou dans une usine, est plutôt les gens en appartenant à la moyenne-classe. Comme on sait, la plupart d’indiens sont pauvres, ils n’ont pas le moyens de partir en vacances. Et les bureaux qui offraient congé payés, il y avait toujours une choix de ne les prendre et être payé à la fin de l’année. Moi, j’étais aussi coupable de faire ça, mais seulement 2 ou 3 fois.

Pendant les années 80s et 90s, les gens sont partis seulement aux destinations bien connues. Cela a changé depuis la periode 2000-2010, quand tout le monde a été intéressé par les destinations moins connues, grâce à l’introduction des sites d’internautes sociaux comme Orkut et Facebook. Quand on partage les témoins de ses vacances, soit l’histoire, soit les photos, tout le monde voulait être unique, un peu plus distingué que les autres. Et voilà une compétition est lancée, de partager la meilleure photo, le meilleur plat, de porter le meilleur maillot. Et avec lancement d’Instagram, il fallait présenter chaque événement de son vie. Je ne juge pas ce que les gens aiment faire, mais c’était un des grands facteurs comment les indiens sont allés aux destinations moins connues.

Pendant ces années quand même, plus de 95% des vacanciers passaient leurs vacances en Inde. C’était seulement les hommes d’affaires, les célébrités, les bourgeois ou les politiciens qui sont allés passer les vacances à l’étrangère. Mais plus en plus, la moyenne classe en Inde a commencé à gagner beaucoup d’argent grâce à l’augmentation d’économie indienne. Avec cela, il y aurait eu une tendance de passer les vacances à l’étranger. D’abord les gens allaient au Ceylon ou Thaïlande, mais quelques sont-ils parti un peu plus lointain, en Afrique, ou en Europe. Venir à l’Europe, c’était toujours plus cher, mais les indiens qui travaillent à l’étranger, ils sont y allés passer leurs vacances. Mais pendant les dernières dizaines d’années, plus d’indiens ont passé leurs vacances à l’étranger qu’avant. Il faut aussi préciser une groupe démographique, c’est les retraités. Ces nouveaux retraités, ils ont du coup gagné beaucoup d’argent, leurs enfants ont déjà eu un boulot et n’habitent pas chez leurs parents, et donc ils sont partis en vacances de rêve, soit sur un voyage d’Europe, soit aux Etats-unis.

Mais pour moi, je n’étais pas associé avec ce changement parce que j’avais déjà quitté l’Inde en 2008 pour faire mon maîtrise en Angleterre, et ensuite y travailler. Comme un étudiant, ce n’était pas facile d’apprendre la tendance du monde britannique, mais quand j’ai commencé à travailler, ça a devenu très clair. Ici j’ai trouvé une culture tout à fait différente pour partir en vacances. Les Anglais aiment leurs vacances. Et n’importe quel rang de société on appartient, l’économie n’empêche personne de partir en vacances. Évidemment, certains ne veulent pas aller à l’étranger, mais beaucoup de foule y vont pour passer leurs vacances, surtout la population jeune. Pour moi, il parait c’est un phénomène culturel. Je suis dit que les américains ont une culture de prendre les vacances complètement différent, mais on n’en parle pas ici. En parlant avec mes collègues, qui appartiennent généralement à la moyenne classe, j’ai appris que les destinations préférées sont des îles espagnoles, mais aussi l’Égypte et le Turquie. Mais certains viennent plus lointains au Vietnam, Cambodge, en Côte d’Ivoire ou Cape Verde. Et aussi, il y a grande différence entre les voyageurs indiens et britanniques. À un côté, les indiens que je connaissais toujours disaient comment ses vacances sont tellement chers. À l’autre côté, les britanniques ne sentent pas d’honte quand ils expriment ils profitent d’un offres moins cher et quelles choses ont-ils gagné gratuitement. Comme leurs vacances, les britanniques aiment marchander pour un bon plan.

Et donc, grâce à la culture britannique de partir en vacances, j’ai été petit à petit inspiré pour aller voir les pays desquels j’ai beaucoup entendu. On a commencé par les endroits touristiques en Royaume-uni, et pour passer le miel à la lune, nous avons décidé de visiter Tunisie. C’était un vacances super! On a beaucoup appris sur visiter un étranger pendant notre séjour là. Dans un côté, il y a tant de choses à voir surtout les endroits des anciennes civilisations romans, tant de couleurs, tant de gens, la chaleur, l’eau chaud de la mer. Mais dans un autre côté, la vie là n’était pas comme la vie en Europe. Il y avait beaucoup de foule partout, les hommes pissaient sur les murs dans plein jour, les gens qui demandaient l’argent pour rien, maltraités chameaux et chevaux. La vie semblait un peu moins perfect, aimable quand même, mais moins idéal, plutôt comme la vie que j’avait avant d’arriver en Angleterre. En fait, ça m’a fait ressentir un peu triste car j’ai du choisir une mode de vie contre l’autre même si tous les deux étaient également spécial. Et aussi, après avoir été me marié pour quelques jours, je me suis rendu compte de la changement de la manière de voyager. Quand j’étais seul, j’aurais pu aller partout, sans peur, sans être inquiété, mais avant de se marier, c’était nécessaire de penser tout ça.

Quand notre aînée a reçu son premier passeport, on est allé en France la première fois. Ce n’est pas possible d’exprimer comment je ressentais parce que mes pieds se sont enfin sur le sol de le pays auquel j’ai toujours crû d’avoir un lien d’âme. Après ce moment surréel, nous sommes allés en vacances plusieurs fois en France, et aussi au Pays-Bas, en Belgique, aux îles espagnoles. Pus avons décidé de ne partir en vacances en avion jusqu’à ce que mes filles ont grandi. Donc comme d’habitude nous allons en France pendant l’arrivée d’été, et s’il y a plusieurs congés payés disponibles, on décide de partir en vacance mais dans le Royaume-Uni.

À mon avis, le dernier point sur les vacances sera ce que nous avons prévu pour l’avenir. Avant que notre aînée est née, nous avons considéré d’aller au île de Faroe. C’était nos vacance de rêve, sur ce département danois. Nous avons encore envie d’y aller un jour, mais ce ne sera pas possible avant que nos filles soient grandis. Il y a autres destinations, autres pays que nous voulons visiter, par exemple l’Inde, pour que ma femme et mes filles puissent rencontrer mes amis et ma famille. On a aussi envie d’aller aux États-Unis et en Australie. Nous faisons une liste de toutes les destinations. Moi, je crois qu’en liste n’est pas allez car je veux visiter chaque coin de terre, mais en même temps il faut être réaliste, de rester les pieds sur terre. Donc les pays sud-américains, les îles polynésiens, les pays de moyen-orient et les anciens états URSS, comme on les connaît- les stans — tout ça reste dans notre liste mais je ne sais pas si nous y irons un jour.

Partir en vacances est cher, même plus avec des enfants. Mais il faut, si on peut, voir le monde pour qu’on apprécie la diversité entre nous, et mieux comprendre l’un à l’autre. Nous pouvons voir que même si nous sommes différents — avec nos couleurs de peaux, nos langues, cuisines, cultures, vêtements, mais quand même nous sommes enfin tous pareils. Plus qu’on comprend les étrangers, moins on devient xenophobic. Est c’est nécessaire à cette époque d’avoir un peu d’humilité, un peu d’empathie. Il ne faut pas aller en vacances pour avoir ces qualités, mais apprécier une autre culture y contribue sans aucune doute. Donc pour partir en vacances, selon moi, il y a deux objectifs. Le premier, bien sur, est le divertissement, loisirs, s’amuser, se reposer. Le deuxième sera d’apprécier la différence entre les modes de vie qui existe dans le monde, et comprendre que malgré les différences, on est tous égales. C’est un grand chose à apprendre pour les enfants comme l’avenir reste dans leurs mains.

Advertisements
Standard
Bengali culture, calcutta, Fremdsprache, Language, Travel

Ein Tag in Kalkutta

Of all the significant years in my life, 2008 must be the one of them, along with 1994, 2011 and 2014. 2008 was all about change. My life was about to take a new direction, and it certainly was a mad rush trying to get ready for an educational break, a busy job and spending all weekend learning German. 10 years on, my German is schlecht now, and there’s no time to start from where I left. Found this letter, supposed to be about a day out when I showed a few places in Calcutta to a German tourist couple. It was interesting finding out how much they knew about Calcutta (Didn’t know about the Lonely Planet guides then!). If you read German, you’ll see that I had only learnt up to past tense. It was a surprising find in one of my old notebooks…

Howrah bridge from the boat

Howrah bridge from the boat

Hallo Franka,

Wie geht es dir? Jetzt schreibe ich den ersten Brief zu dir. Nächstes mal musst du mir einen schreiben. Jetzt kann ich nicht einen Thema finden, deshalb schreibe ich über meinen Erfahrungen am letzten Samstag.

Da bin ich aufgeweckt um 5 Uhr, damit ich um 6 Uhr zum Flughafen fahren konnte. Ich hatte schon einen schlechten Kopfschmerzen. Ich hatte ein deutsches Paar getroffen, und schon eine Begegnung um 10:15 Uhr vor das indischen Museum fixiert habe. Aber alle schlechten Sachen fande zusammen Statt. Der Flugzeug kam 30 Minuten spät. Dann bin die Taxi von Calcutta Flughafen sehr langsam gefahren, und habe ich zum Haus punkt um 10 Uhr erreicht. Ich habe mich rasiert, habe mich angezogen und dann bin ich unter 10 Minuten hinausgegangen. Endlich hatte ich etwas Glück, weil ich schnell einen Taxi gefunden habe.

Also, war ich nicht so spät, außerdem sagte mir der Mann vorher, dass sie mir erwarten werden bis zum 10:30Uhr. Dort fande ich ihnen, unter den Eingang des Museums, beides Gesetzen auf einer Stühle. Wir haben uns vorgestellt und dann sagte ich ihnen “Wohin möchtet ihr gehen?” Du weißt, als hatte ich kaum Zeit, mochte ich sie um Victoria Memorial und Indisches Museum anzeigen. Aber erstaunlich sagte die Frau, dass sie mochte Kumartuli sehen. Da wurde ich total krank. Ich kaufte die Fahrscheinen bis zum Shovabazar. Das war eures ersten Erlebnis über Calcutta U-Bahn. Während unseres Trip diskutierten wir über verschiedenen Thema, Die Politik, Das Leben des Bengalens, Die bengalische Philosophie usw. Seit 25 Jahre wohne ich im Calcutta, aber war ich nie zum Kumartuli gegangen. Die Gasse waren kurz, aber die Häuser an Beides Seite sind alt und zu groß. Endlich erreichten wir das Studio eines Künstlers. Dort gab es viele großen Statuen der Durga. Fragtet ihr mir viele Fragen über die Religion und Gott. Ich wusste nicht viel aber konnte ihnen beantworten.

Dann sagte der Mann,”Wir möchten zum Fluss gehen”. Während liefen wir durch die kleine Gasse, sahen wir viele schönen und großen Häusern, die vorher einhundert Jahren gebaut wurden. An dem Ufer des Ganges sahen wir ein sehr großes sechsstöckiges Haus. Der Fluss sah aber sehr schmutzig aus, gab es Pflanze in dem Wasser, das total Gelb war. Nachdem gingen wir zum Shovabazar Fährhof. Wir standen auf der Kurzer Brucke, wenn Conny, die Frau sah ein Boot kommen. Sie möchten mir kaffeetrinken einzuladen, aber zu bootfahren auch. Da plante ich im Boot nach Howrah gehen und dann mit dem Bus zum Indian Coffee House fahren. Es war schon nachmittags. Und die Frau war krank vor 4 Tagen. Die Sonne war es nicht da, aber die Hitze war sehr ärgerlich. Trotzdem hatten wir viel genossen, ein Bootsfahrt zu machen. Es war schön, die zwei Ufern. Ich zog ihnen die “Ghats” an. Dann waren wir von Howrah Bahnhof mit einem Stadtbus nach College street gefahren, damit bei Indische Kaffee Haus zu besuchen. Sie waren erstaunt : so viele Bücher und so viele Geschäfte!

Aber da, fühlte ich mich nicht so wohl. Treffen einem deutsches Paar, für mich, war eine Gelegenheit, in Deutsch zu diskutieren. Ich spreche nicht so gut im Klass, da wünschte ich, wie schön wäre es, wenn ich wie ihnen deutsch sprechen könnte. Aber sie sprachen immer Englisch!!!Nur wenn Sie die Bedeutung nicht verstehen konnten, fragten sie mir in Deutsch!!! Dann sagte ich mich : da geht nicht mehr! Punkt wir waren wir in die Cafe eingegangen, sagte ich “vielleicht konnen wir in Deutsch sprechen, um uns etwas besserer kennenzulernen”. Dort gab es viele Leute, und der Platz war sehr laut, deshalb müssten wir auch laut sprechen. Wenn der Ober nie kommt schnell, hatten wir viele Sachen diskutiert. Wir aßen Tomatensuppe und tranken Kaffee mit Creme. Dort hatten wir gute Zeit verbrachten. Dann gingen wir nach Millennium Park. Die Frau fühlte sich unbequem, und sind wir schnell in die Park erreichten.

Dort hatten wir über zwei Stunden verbrachten. Wir hatten ein Platz gefunden, die vor dem Fluss stand. Es gab Luft, das macht uns etwas bequem. Wir diskutierten über die Religion, Calcutta, die Volkskultur, die Geschichte des Calcuttas, indische Wirtschaft, die Politik, Glauben des Inders und Deutsches, meine Gedanken über Zukunft, ihre Plan usw. Ich habe viele Tatsache über Deutschland gelernt, die ich sonst nicht wissen könnte. Plötzlich sah ich die Uhr an, und es war schon 16 Uhr. Schnell hatte ich mich entschuldigen und zum MMB führte.

Vielleicht ist der Brief zu lang, aber möchte ich alle Verbformen benutzen. Bitte korrigiere-mich schnell. Bis Samstag.

Viel Grüsse

Subhadeep

Standard
Frau im Bahnhof
Fremdsprache, Kurze Geschichte, Nostalgie

Eine Frau im Bahnhof: Erinnerungen an eine Vergangenheit

Ich erinnere mich noch an die zeit bei Göthe Institut. Es gab ein Bild in unserem deutschen Kursbuch, Tangram Aktuell. Eine Frau steht an einem Bahnhof und trägt ein schwarze Kleider. Unser Klassenlehrer wollte, dass wir das Bild beschreiben. Ich erinnere mich, was ich geschrieben hatte. Und ich habe seit sieben Jahren nach dem Text gesucht. Letzte Woche ich habe mein Arbeitsbuch und Aufzeichnungen gefunden. Ich schreibe nicht gut deutsch wie im Jahr 2008. Aber der Text ließ mich fühlen, dass ich es wünschte. Es gibt drei Texte, erster von unserer Gruppe und zwei letzten sind von anderen…


Einen Winterabend auf dem Bahnhof. Der Zug war spät und es war kalt. Dort steht alleine eine hübsche Frau. Sie sieht traurig aus. Wer ist sie? Wie heißt sie? Und woher kommt sie? Wir wissen nichts. Vielleicht sie heißt Maria, Julia oder Pina? Ist sie verheiratet? Nein, mit allein schwarzen Kleidern, sie ist vielleicht verwitwet. Kommt sie aus Spanien oder Deutschland? Sie wartet auf den Zug. Wozu? Vielleicht für einen neuen Beruf oder ein neues Leben. Wir wissen das nicht. Geht sie nach Frankfurt, wie alle anderen? Wir können das nie wissen. Wir erinnern uns nur an die traurige Dame auf den Bahnhof an einen Winterabend.


Pedra wartet auf den Zug. Sie ist 24 Jahre alt. Vielleicht kommt sie aus Russland. Sie ist ledig und studiert Medizin. Ich glaube dass früher hatte sie viele Tagträume. Alle haben gebrochen. Jetzt hat sie keine Tagträume. Sie will von hier weggehen, irgendwohin sehr weit, wo niemand sie finden kann.


Sie ist India. Sie ist 24. sie wohnt in Deutschland und ist ledig. Vielleicht ist sie jetzt arbeitslos. Vielleicht hat sie sich von ihren Fremd getrennten. Deshalb wartet sie auf den Zug und möchte zu Eltern fahren. Sie hat Angst von ihrer Zukunft und wünscht sie in ihren Leben Erfolg hätte.

Standard
France, Language

France…rêve d’enfance

J’avais environ 10ans quand papa m’a loué un série de 4 livres de la bibliothèque chez son boulot. Quand j’ai eu commencé à lire ces livres, je n’avais jamais imaginé qu’ils vont tellement changer ma vie. Ceux livres ont été écrits en bengalie, par Narayan Gangopadhyay, un écrivain très connu pour son caractère immortel en la littérature bengali, de genre comédie, Tenida. Mais aussi, M. Gangopadhyay était un maître de la langue Française et partout dans ses écritures, n’importe pour les enfants ou les choses sérieuses, on y trouvera les mots ou références français. Quand-même j’ai ris aux éclats avec chaque nouvelle aventure de Tenida, c’était là où j’ai rencontré mes premières mots français de la grande Méphistophélès (parlé en bengalie comme Di la grandi mefistofilise), et monsieur venez avec moi. Et comme ça commencé un voyage qui m’a très enrichis pendant les années à venir, quelque chose dont je suis très passionné, d’apprendre la langue français.

Depuis cette moment-là et jusqu’à l’année où  j’ai fait mon Bac, j’ai appris plusieurs choses sur France…les villes les plus connues, la révolution française, la renaissance, des écritures de Victor Hugo, Alexandre Dumas. En plus, ma ville Calcutta est connue comme Paris de l’orient, pour sa histoire et son patrimoine culturel, avec la majorité des écrivains, artistes, réalisateurs indiens pendant les années 90s arrivant de Calcutta. Malgré tout ça, ma française n’était pas meilleur, et l’espoir d’apprendre la langue n’était plus un priorité, un raison d’être, surtout parce qu’il n’y avait pas ni d’opportunité ni d’argent pour apprendre une langue étrangère. Mais pendant ces années-là, je n’ai jamais complètement quitté l’envie d’apprendre français un beau jour, comme un espoir que vous ne jamais laissez partir.

Et donc quand je suis allés à l’uni, comme d’habitude j’étais inspiré par les pensées communiste et devenu un anarchiste. On est rencontré avec les idées de Camus et Sartre, de films du genre la nouvelle vague, de Godard et Truffaut. Encore, c’était presqu’impossible de trouver ces livres ou les CDs des films ceux jours-là. Quand j’ai commencé à travailler en 2000, pendant les 5 années prochaines, j’ai acheté quelques livres français pour première niveau, chez le magasin de l’alliance française de Calcutta, dans le fameux foire du livre de Calcutta. Enfin, en 2006 après avoir me convaincre la dernière fois, un samedi soir, je suis allé à l’alliance française et un vieux bâtiment m’a accroché, ou je serai poursuivre ma rêve d’enfance, en quittant les soirs de weekend avec mes chers amis bavarder sur des petits-riens, un passe-temps très connu ou méconnu pour les citoyens Calcuttan. 

C’était pendant les temps quand j’étais étudiant chez AFC, qu’un millier des fenêtres ont été ouvertes montant France et sa culture et la vie moderne dans le 21ème siècle, et l’envie d’en savoir plus a devenu plus vif. À part d’améliorer ma vocabulaire française en la classe, j’allais à la bibliothèque de AFC, et j’ai lu mes BDs très aimés- Tintin et Astérix en leurs langues natives. Je lisais aussi un magazine pour les enfants j’aime lire et un autre je bouquine destinée aux ados. Ces livres, n’importe que n’étant pas bien avancé, m’enrichi beaucoup comment j’utilisais les expressions quotidiennes et agrandir ma vocabulaire. Pour les filmes, J’ai trouvé un trésor enfin, que je cherchais depuis longtemps – le petit soldat de Godard. Inspiré de voir plus. J’ai aussi commencé à aller à Nandan, un ciné géré par la gouvernement, pour voir les filmes français gratuit en montant la carte d’identité de AFC. Touts ces efforts et sacrifices ont enfin bien payé quand j’ai gagné premier place dans toutes les examens géré par l’institut et le ministère d’éducation française par la gouvernement français. Les résultats m’a beaucoup plait mais je voulais plus apprendre et à mon avis je n’était pas plus avancé où je voulais être. 

En 2008 je suis arrivé à l’Angleterre poursuivre mon rêve de faire maîtrise en gestion, et accéder les matériaux français a devenu très facile soit YouTube, soit un copie de le monde, soit sur l’univers du torrent. J’ai découvert Audrey Tautou, un actrice très doué sans limite de notre temps, et Romain Duris. J’ai trouvé Camille et Lara Fabian et leurs voix addictives. C’était comme accéder la prochaine étage d’un événement  J’étais aussi membre d’un groupe francophone à université, et quand même on n’a pas beaucoup de temps pour un rendez vous, j’avais bien profité pendant nôtre rendez-vous avec les amis. 

Autant que dès que l’arrivé à l’Angleterre il y a sept ans, j’ai toujours voulu visiter France pour voir la paysage avec mes yeux-même, pas dans un photo d’un livre ou film, mais ce n’était pas possible pour plusieurs raisons. Je rêvais aller à Paris depuis longtemps, monter la Tour Eiffel, visiter la Louvre, faire la promenade sur l’avenue de champs élysées. Sans doute il y a beaucoup plus de France que seulement Paris, mais pour moi, qui a grossi dans un cité plus inspiré par Paris, ce serait comme compléter un cirque entière. 

En 2010 j’ai trouvé un USB pendant travailler en Londres à côté d’un rue, et malgré toutes les précautions de risquer la santé de mon ordinateur, je l’ai connecté pour accéder les contenus et trouvé, par chance, un film français bienvenue chez les Chti’s, sur la vie d’un emploi vivant en Nord pas de calais. Plusieurs mois et ans sont passés, et quand notre petite fille Sofia a reçu sa passeport mi-janvier, j’ai décidé qu’on va plutôt aller au pays que j’ai toujours regardé comme la pinacle d’égalité, de socialité et pensées créatives et intellectuelles. Et donc en février, précisément au jour de St Valentin, nous sommes abordés un bateau P&O Ferries vers Calais, et enfin vers 13h d’après-midi d’un jour bien ensoleillé j’ai mis mes pieds sur la plage de Calais, et je me suis souvenu Bienvenue chez…, que je suis enfin en la terre des Chti’s, un morceau de France que je seulement connais par un film, mais c’était un réalité, pas une image cache dans la mémoire. Malgré qu’on n’était pas très loin de Londres, j’en étais en esprit, car c’était la terre que je rêvais voir un jour, la terre de révolution, de Rousseau, d’Amélie Poulain, d’Alpes. C’est difficile d’écrire l’émotion mais j’étais très heureux là, comme si j’ai croisé les six degrés de séparation, un voyage tout à fait satisfaisant, assez longue mais bien récompensé et plein de richesse et bonheur. 

Il y à beaucoup d’espoir pour l’avenir, qu’un jour je vais recommencer apprendre France dans le niveau prochain où j’ai arrêté, que j’enseigne Sofia pour que français puisse sa deuxième langue, mais c’est un autre histoire à raconter…

Standard
French, Language, Memory

My first French text (2002)

Je ne vais pas axe.
Quel l’heure ?
Ils sont de calcutta.
Nous habitons à park.
Je suis vingt-trois ans.

Hi ! Je m’appelle subhadeep. J’habite à Calcutta, en Indien.J’ai grande, gros et J’ai les yeux bruns. J’ai la brune cheveux. Je suis de Londres mais J’habite à Calcutta. J’ai vingt-trois ans. J’aime le football, le musique, le cinéma, des femmes la belle mais Je n’aime pas le cricket. Je suis un ingénieur et travaille à DCL.Je parle bien anglais, bengali, hindi mais Je ne parle pas français. Je déteste grandes familles. Je n’ai pas marié mais J’ai dans beaucoup amoureux avec une femme June. Elle est grande, petite, brune et beaucoup charmant. Elle a les yeux marron. Ou vous arrivez Calcutta, viens nous plaçons. Moi père est un employé de l’office. Moi mère ne travaille pas. J’aime moi père et mère. Je n’ai un frère ou une sœur. Tu arrives à quel jour ? Nous partons en travailles à Calcutta le 10 mai. Moi cher a une très bien frère. Lui les yeux est bleu. J’en train d’aimerai sa. Je voudrais vais beaucoup d’argent. L’appartement de moi est petit mais je voudrais achète une grande. Le vais aurai 23 ans le dimanche prochain. Tu veux prends le petit déjeune. Nous en train d’irons à Bombay le mois prochain. Ici, le vin est très bon. Tu vas parles anglais ? Maintenant j’en train de travailler. Je sais très bien qui elle va beaucoup d’argent. Je suis dans amoureux avec une belle fille. Je marierai à’elle après les deux ans, si elle veut. L’est une grande église ce qui très vienne. Je viens de déjeune au restaurant. Nous irons aux Etats-Unis les ans prochainement qui est un chic pays pour visiter. Ma chérie habite à ce pays. Vous prenez-moi un peu d’eau. Nous en train d’aller à la chute d’eau. Je ne bois pas le vin, il peut supprimer vous. Un jour Je crois qui quelqu’un en train d’essayer achète ma voiture. Elle vient à un beau métro appelé Bombay. Je me ne suis pas a Bombay pour les trois ans. Le père de ma chérie a cinquante-six ans et il a beaucoup de bête. J’aime vitesse dans vie. Une vie sans la vitesse est. Je me ne sais pas le temp. Qu’est-ce que tu fais à dimanche prochain ? Si tu ne vas occuper nous voulons déjeuner au restaurant.

Un bien matin J’ai allé au magasin en achète un peu de bonbon. Ceci Je vais vu une petite fille. Elle a belle et jeune mais elle n’a pas d’argent en achète les chaussures qui elle veut.
Bienvenue de internet.
Standard